Très grande Prognathodon anceps du maastrichtien du Maroc

Publié le par Phanérozoïque

 

 

                   Fossiles-Maroc-2265.JPG

                 Prognathodon (leiodon) anceps, maastrichtien, Kouribgha.

                                            Taille : 7cm

 

 

Probablement aussi célèbre que les dinosaures, les mosasaures étaient de très grands reptiles aux alures de lézards qui ont vécus dans les eaux des mers du mésozoïque.

 

 

 

 

D'une taille assez variable, les plus grands spécimens dépassaient les 15 mètres. Leur alimentation était variée et se composait entre autres de poissons et d'ammonites, ainsi que d'autres vertébrés marins comme les Ichtyosaures. pour les plus gros mosasaures.

 

 

 

 

Le mosasaure est un reptile dont les Belges peuvent être fiers étant donné qu'il a été découvert à la frontière des Pays-Bas, son nom signifiant d'ailleurs "reptile de la Meuse" . Le premier spécimen a été découvert dans une grotte aux alentours de Maastricht, qui exploitaient des couches du même nom (maastrichtien , crétacé supérieur). 

 

 

 

 

 

 

A l'époque (nous sommes en 1780) les connaissances en Paléontologie étaient encore rudimentaires, ce qui fait que ce premier spécimen a mis bien longtemps avant d'être correctement identifié. Il porte le nom de Mosasaurus hoffmani, en l'honneur du collectionneur de fossiles à qui le spécimen avait été confié pendant un moment. 

 

 

 


 

La découverte de ce reptile marin rendit célèbre la région, et plus tard les nombreuses fouilles qui y furent menées démontrèrent la grande richesse de cette craie maastrichtienne en invertébrés et vertébrés (dents de requins principalement).  

 

 


 

 

Actuellement une carrière est encore en activité dans la région, et de temps en temps un amateur a la chance de tomber sur une dent de mosasaure, voir même d'une partie de squelette. Ce genre de trouvaille est néanmoins exceptionnel, précisons-le.

 

 

 

 

 

 

 

L'institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB) possède probablement la plus belle collection de restes de mosasaures du monde. En effet on ne s'est pas arrêté en si bon chemin après la découverte de ce premier mosasaure en 1780. Plus tard, ce ne sont pas un mais 54 (!) squelettes de mosasauridés qui seront découverts dans des phosphatières proches de Mons. 

 

 

Actuellement ces phosphatières sont pour la plupart remblayées, et les rares qui restent sont à l'abandon et très dangereuses.

 

 

 

 

 

 

Pourtant  beaucoup de collectionneurs possèdent des dents de mosasaures en collections, voir même des mâchoires ou des parties de colonnes vertébrales, et ces fossiles voient régulièrement en bourse. C'est simplement parce que la Belgique n'est pas le seul endroit où l'on trouve ce genre de fossiles, le Maroc étant une nouvelle fois un des principaux affleurements. Les dents de mosasaures y sont fréquemment trouvées dans les niveaux maastrichtiens des exploitations de phosphates, ainsi que de temps à autre un squelette, partiel ou complet.


 

 

 

Pas mal d'espèces différentes de mosasaures y sont répertoriées, mais les principales sont Prognathodon anceps, Mosasaurus beaugei et Globidens phosphaticus.

 

 

 

 

Le spécimen photographié est une dent  de Prognathodon (Leiodon) anceps , un très grand mosasauridé.  Les dents de cet animal sont fréquentes dans les phosphates, mais les grands spécimens sont souvent retrouvés sous forme fragmentaire.

 

 


 

 

De façon général les dents de P.anceps sont robustes et de taille variable selon la position dans la mâchoire et la taille de l'animal, mais certaines dents peuvent atteindre de grandes tailles. On remarque également sur les dents de fines stries irrégulières sur toute la longueur de la dent.

 

 

 

 

Les dents symphysaires de cet animal sont caractéristiques étant donné qu'elles sont plus petites que les dents des files suivantes, moins trappues, et sont plus ou moins incurvées vers l'intérieur de la gueule.

 

 

 

Les dents latérales elles sont légèrement incurvée vers le coin de la gueule (commissure), et sont très finement crénelées sur les arêtes symphysaires et commissurales .

 

 

 

 

 

 

Le spécimen présenté est de très grande taille pour l'espèce. Pour comparation le plus grand spécimen figuré dans le Arambourg (1952) mesure 53 mm, racine non comprise... Il  doit certainement y avoir plus grand encore que cette dent-ci, mais elle fait tout de même partie des "géantes".

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Autres vertébrés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article